Sénégal: un scandale pétrolière se dévoile

18_09 Elimane Kane_Final_1.jpg

Elimane Kane

2018-19 Atlantic Fellow for Social and Economic Equity

La gestion des contrats pétroliers au Sénégal commence à montrer ses secrets dans les montages financiers qui impliquent les compagnies pétrolières BP (British Petroleum), l’homme d’affaire Frank Timis et son collaborateur Monsieur Aliou Sall, du reste frère du Président de la République du Sénégal.

PETITION: Pour une saisine de la justice sénégalaise et britannique sur l'affaire Timis-BP-A. Sall

Depuis l’annonce d’importantes découvertes de pétrole et de gaz au Sénégal, des citoyens n’ont cessé de solliciter de la part du gouvernement une politique transparence et inclusive permettant au peuple Sénégalais d’avoir une maitrise de la gouvernance du secteur. Un secteur en plein essor qui présente de nouveaux enjeux à la dimension des récentes découvertes et autres promesses du potentiel du bassin sédimentaire.

La question de l’octroi à l’entreprise PETROTIM, d’une licence d’exploitation du bloc de Saint-Louis, actuel gisement Grand Tortue, situé au nord des cotes sénégalaises, à la frontière avec la Mauritanie, avait été agitée depuis l’annonce de ces  découvertes en 2014. Ce contrat pétrolier signé en 2012 entre l’État du Sénégal, représenté par le Président de la République Monsieur Macky Sall et Petro-Tim Limited représenté par l’homme d’affaire Frank Timis avait déjà fait l’objet de plusieurs dénonciations et d’initiatives judiciaires jusque-là, restées sans issue. 

Le 19 juin 2012, le Président Macky Sall avait signé les décrets 2012-596 et 2012-597 concernant les blocs de Cayar Offshore profond et St Louis Offshore Profond et portant approbation du contrat de recherche et de partage au profit de  Petro-Tim Ltd qui s’était engagée pour des dépenses d’exploration à hauteur de 48 millions de dollars (24 milliards de FCFA) sur le bloc de St Louis. Le 23 août 2013, le Président Macky Sall signe deux décrets d’extension de la période initiale de recherche dont le décret 2013-1154 relatif au bloc de St Louis Offshore Profond. A cette date, les investissements de la société Petro-Tim Ltd étaient de près de deux millions de dollars selon le Ministre de l'énergie. Le 3 juillet 2014, Petro-Tim Ltd a transféré à Timis Corporation Limited tous ses intérêts dans les contrats la liant à Petrosen, soit les 90%, qui à son tour conclut un accord de transfert de 60% des intérêts de Timis Corporation à Kosmos Energy Limited. Puis  en 2017, Timis Corporation a cédé les 30% restants de ses parts au major BP et se retrouve hors de l’actionnariat de l’affaire.

Les transactions autour de cette concessions ont fait l'objet de dénonciations et de plaintes. En réponse aux sollicitations de l’opposition politique et de quelques citoyens, le premier ministre avait renvoyé les requérants au rapport de l’ITIE publié en Novembre 2016. Le rapport esquive la question, en mentionnant dès le début que les procédures convenues entre le comité national et l’administrateur indépendant n’ont pas pour objet d’effectuer un audit ou examen limité des revenus extractifs, ni de déceler des erreurs ou actes illégaux ou autres irrégularités, en dehors de la mission prévue dans les termes de référence de départ. Depuis les différents rapports de l’ITIE n’ont pas mentionné de transactions commerciales entre Timis Corporation et BP impliquant des retombées financières pour l’Etat du Sénégal.

Dans le cadre d’un reportage publié ce 3 juin 2019 par BBC Panorama et Africa Eye, il est mentionné avec des documents à l’appui, que BP a accepté de verser environ 10 milliards de dollars US (6000 milliards de FCFA) à Frank Timis. L’enquête journalistique révèle que BP versera également à son entreprise entre 9 et 12 milliards de dollars de redevances. Ces transactions sont inconnues des opérations financières entre les compagnies concernées et l’Etat du Sénégal. Apprenant ces faits graves relatés par la journaliste reporter Meyeni Jones, LEGS-Africa élève sa voix pour donner suite à ses soupçons de corruption, de conflit d’intérêt et de gestion nébuleuse du pétrole et du gaz au Sénégal et demande que la lumière soit faite sur ces accusations graves et que les responsabilités soient clairement situées. A cet effet, LEGS-Africa a lancé une pétition pour solliciter une forte mobilisation citoyenne dans le but de demander une action judiciaire diligente. LEGS-Africa demande que le procureur de la République s’autosaisisse de l’affaire pour ouvrir une enquête à l’endroit des mis en causes cités dans cette affaire, à savoir Frank Timis, BP et Monsieur Aliou Sall. Pour faciliter l’enquête, LEGS-Africa demande à Monsieur Aliou Sall de démissionner de ses fonctions publiques, le temps de mener à bout cette enquête.

Parallèlement, LEGS-Africa invite les citoyens sénégalais à renforcer les initiatives en cours dans le but  de défendre les intérêts du peuple sénégalais et de la préservation des ressources pétrolières et gazières. Enfin, LEGS-Africa a initié des contacts avec des organisations britanniques et internationales pour faciliter l’ouverture d’une enquête judicaire au niveau du Royaume Uni contre l’entreprise BP sur son implication dans les transactions commerciales tenues secrètes malgré les multiples dispositions du cadre juridique international et de l’Initiative pour la transparence dans les Industries Extractives. 

Fait à Dakar, le 3 Juin 2019
LEGS-Africa - Leadership, Ethique, Gouvernance, Stratégies pour l'Afrique
Le President: Elimane H. KANE

Regarder le reportage de la BBC en français
Watch BBC report in English

***********************************************************

Elimane Haby Kane is an Atlantic Fellow for Social and Economic Equity at the LSE’s International Inequalities Institute. An expert in governance, international development and project management, he is founder and Chairman of the pan-African think-tank LEGS-Africa. He was previously program officer, and then executive director, of Forum Civil, the Senegalese section of Transparency International. He tweets at @elimaneh

The views expressed in this post are those of the author and do not necessarily reflect the position of the Atlantic Fellows for Social and Economic Equity programme, the International Inequalities Institute, the London School of Economics and Political Science, the Higherlife Foundation or the Econet Family Foundations. 

Image: CC-BY-2.0 Steve Jurvetson